facebook photogriffon

 

  Jean-Marie PERIER

Jean-Marie Périer, de son vrai nom Jean-Marie Pillu, est un photographe français, né le 1er février 1940 à Neuilly-sur-Seine. Il est le fils légitime de l'acteur François Périer (1919-2002). Son père biologique est le musicien et chanteur Henri Salvador (1917-2008). Sa mère, l'actrice Jacqueline Porel, est la petite-fille de la comédienne Réjane (1856-1920). Il est le demi-frère du cinéaste Jean-Pierre Périer (1943-1966), de l'acteur Marc Porel (1949-1983) et de la journaliste Anne-Marie Périer. Il est père de trois enfants : Arthur Pillu-Périer (animateur radiophonique), Paul Périer et Lola.

En 1956, Jean-Marie Périer est engagé comme assistant du photographe Daniel Filipacchi pour les magazines Marie-Claire, Paris Match, Télé 7 jours et Jazz magazine. Passionné de Jazz, Filipacchi anime avec son ami Frank Ténot l’émission « Pour ceux qui aiment le jazz », sur Europe no 1.
Tous deux dirigent la revue Jazz magazine. En octobre 1959, ils lanceront « Salut les copains » une autre émission radiophonique destinée cette fois aux adolescents.

« Depuis ma plus tendre enfance la musique était ma seule passion.[…] Moi qui avais arrêté le piano pour ressembler à mon père, je me retrouvais avec « l’oncle Dan » qui n’était que musique. »
Ainsi, Miles Davis, Ella Fitzgerald, Dizzy Gillespie seront les premiers artistes qui poseront devant l’objectif de Jean-Marie Périer.
Après 28 mois de service militaire en Algérie, Daniel Filipacchi l’engage en 1962 dans l’équipe du nouveau mensuel Salut les copains — créé suite au succès de l’émission éponyme (en novembre 1964 paraîtra l’équivalent féminin, Mademoiselle Âge tendre).
Son style, dénué de réalisme, laisse libre cours à son imagination en mettant en scène les jeunes chanteurs populaires des années « yé-yé », période durant laquelle il se lie avec la chanteuse Françoise Hardy. Il réalise notamment une photo regroupant quarante-six des vedettes de ce mouvement.
Trente ans plus tard, ses clichés, devenus emblématiques des années 1960, feront l’objet de plusieurs expositions en France et à l’étranger. Exposés pour la 1re fois à la Mairie de Paris en 2001, ils attirent 150.000 visiteurs.
Lors de ventes aux enchères, certains tirages atteindront des sommes appréciables.
« Pendant trente ans elles ont été méprisées par l'intelligentsia de la photographie. C'était trop populaire.
Ce sont les mêmes aujourd'hui qui me disent que c'est de l'art. Moi je pense que ça n'est pas de l'art, c'est du spectacle. Je refuse de prendre la posture artistique. »


Vers la fin des années 60, il réalise trois films de 52 minutes pour la télévision : le premier à Londres, sur Françoise Hardy ; le deuxième sur Georges Brassens ; le troisième sur Gilbert Montagné.

En 1966, il réalise son premier téléfilm pour les « Dossiers de l’écran » à Antenne 2 : Les Enfants du palais, d’après un texte de Michel Cournot. François Périer en est l’acteur principal. Ce film relate la journée d’un juge pour enfants délinquants.

En 1969, il tourne son premier long métrage en Guyane, pour Columbia Pictures. Son frère, Marc Porel, y tient le rôle d’un adolescent de la DDASS qui part à la recherche de son grand-père, un ancien bagnard. La chanteuse Dani joue également dans le film. L’équipe technique se compose de quatre personnes en tout, Jean-Marie Périer compris ! Tout en descendant le Maroni en pirogues, Jean-Marie Périer et Jacques Lanzmann écrivent le soir les scènes qu’ils vont tourner le lendemain.

En 1974, il arrête la photographie pour se tourner vers le cinéma, cela durera 20 ans !

Il réalise notamment deux œuvres de fiction : Antoine et Sébastien en 1974 avec François Périer son père et Jacques Dutronc, qui débute en tant que comédien et tournera ensuite également dans le film Sale rêveur en 1978 avec Léa Massari.
Il réalise également Téléphone public, un documentaire de référence sur le groupe de rock français Téléphone suivi pendant leurs tournées de 1979, ce documentaire sera représenté à Cannes en 1980.

Attiré par les États-Unis, Jean-Marie Périer part y travailler en janvier 1980 avec dans ses bagages quelques réalisations de films publicitaires comme sésame — Il avait fait ses premières armes en 1968 pour la boisson Canada Dry. En Amérique, il r"alisera plus de 600 films publicitaires. Six ans après, se partageant entre New York et Paris, il réalise 3 Clips contre la drogue : « La Drogue, c’est de la merde », en 1986 puis en février 1987 avec l’aide de Michel Platini, enfin en 1990, avec l’acteur portoricain Benicio del Toro.
Sa sœur Anne-Marie, rédactrice en chef de l’hebdomadaire féminin Elle, lui propose de revenir à la photographie. Les chanteurs sont remplacés par les couturiers et les mannequins. Il travaille également pour Paris Match et Le Figaro Magazine.
Voici quelques célébritées passées devant son objectif : Les Beatles, les Rolling Stones, Bob Dylan, Marianne Faithfull, Jacques Dutronc, Françoise Hardy, Johnny Hallyday, Sylvie Vartan, Eddy Mitchell, Dick Rivers, Sheila, Dani, Étienne Daho, Benjamin Siksou, Michel Berger, France Gall, Claude François, Mylène Farmer, Michel Sardou, Ophélie Winter, Bertrand Delanoë, Ingrid Bétancourt, Carla Bruni, Yves Saint Laurent, Jean-Paul Gaultier, Valérie Lemercier, Thierry Mugler, Claudia Schiffer, Karl Lagerfeld, Hélène Grimaud...

Il y a eu aussi ce clip pour l’association Perce-neige, tourné afin d’aider Mme Ventura (la femme de Lino Ventura) dans son action pour les handicapés. Jean-Marie Périer aime mentionner ces petits films car il est heureux de les avoir faits.

À l’aube des années 2000, il se décide à publier des ouvrages regroupant ses photographies (Mes années 1960, Flash) ou relatant sa vie (Enfant gâté, Le Temps d'apprendre à vivre...).
En 2008, le documentaire Flashback sur Jean-Marie Périer, retrace toute sa carrière et dévoile des documents rares et inédits de sa vie privée et de sa vie professionnelle.

Depuis, il est rentré en France et vit entre Paris et l’Aveyron, faisant des photos pour différents journaux, entre autres pour Elle, Paris-Match et Le Figaro Magazine.


© Sources : www.wikipedia.fr
, www.xoeditions.com


Site du photographe :
www.jean-marie-perier.net

Site de l'Agence représentant la collection exclusive des photos de Jean-Marie PERIER :
www.photo12.com

 
 


Alain Delon - Parfum Eau Sauvage © Jean-Marie Perier / Photo12.com
Alain Delon - Parfum Eau Sauvage © Jean-Marie Perier / Photo12.com

LES LIVRES SUR JEAN-MARIE PERIER
 



The beatles © Jean-Marie Perier / Photo12.com
The beatles © Jean-Marie Perier / Photo12.com

The beatles © Jean-Marie Perier / Photo12.com
The beatles © Jean-Marie Perier / Photo12.com

Sylvie Vartan © Jean-Marie Perier / Photo12.com
Sylvie Vartan © Jean-Marie Perier / Photo12.com

Sylvie Vartan - 1964 © Jean-Marie Perier / Photo12.com
Sylvie Vartan - 1964 © Jean-Marie Perier / Photo12.com


Sylvie Vartan et Brigitte Bardot - 1967 © Jean-Marie Perier / Photo12.com
Sylvie Vartan et Brigitte Bardot - 1967 © Jean-Marie Perier / Photo12.com

Sylvie Vartan et françoise Hardy © Jean-Marie Perier / Photo12.com
Sylvie Vartan et françoise Hardy © Jean-Marie Perier / Photo12.com

Sheila - 1966 © Jean-Marie Perier / Photo12.com
Sheila - 1966 © Jean-Marie Perier / Photo12.com


Mick Jagger et Keith Richards - The Rolling Stones © Jean-Marie Perier / Photo12.com
Mick Jagger et Keith Richards - The Rolling Stones © Jean-Marie Perier / Photo12.com








Des acteurs vraiment fous
vous dévoilent leurs engins !


Clint Eastwood le rebelle Ces crabes sont superbes
et vous les connaissez pas
Des photos d'animaux
incroyables de beauté !

Dubai comme vous ne l'avez
jamais vu de votre vie !

Des enfants trop mignons
prennent la pose
Ces hommes super-sexy
vons vous faire craquer
Statham en mode superforce

Des locomotives oubliées
revivent grâce aux passionés

Bill Gates en prison,
ce n'est pas une blague !
Des maisons qui volent
vous y croyez ?
Des photos incroyables prises
au bon moment